top of page
Inventaire407_edited.jpg

L'"art religieux" à la Tuchfabrik - Tableaux et objets d'artistes exposés


Press - Religiös Kunst - 12-1987
.pdf
Download PDF • 2.02MB

"Révélation" est le titre d'une nouvelle exposition inaugurée la semaine dernière à la Tuchfabrik de Trèves, où cinq artistes de la "Kulturwerkstatt Trier" sont représentés par des tableaux et deux objets : Harry Koch (Trèves) - le manager de la Tuchfabrik, Angelika Lauer (Trèves), Herbert Lauer (Trèves), Armin Scheider (Seigen) et Peter Valentiner (Cologne) - chargé de cours à l'"Académie européenne des beaux-arts".


"Révélation" est un titre ambitieux ; ambitieux parce qu'il vise des contenus religieux - il était question dans l'annonce de l'éveil de la conscience du Christ - et des formulations contraignantes de ceux-ci. L'époque n'est pas vraiment propice à cela, d'une part en ce qui concerne la foi, d'autre part en ce qui concerne l'état des moyens artistiques modernes permettant de donner une expression compréhensible à la religion en général, sans avoir recours à la symbolique traditionnelle des images chrétiennes.


L'exposition d'art du Land de Rhénanie-Palatinat "L'art religieux aujourd'hui", présentée il y a quelques mois au Simeonstift, a fourni toute une série de preuves de la prédominance de l'abstrait et de l'indéterminé, ainsi que de la crainte de la simplicité des images dans ce domaine. En tout cas, le grand nombre d'artistes qui ont abordé le thème religieux a surpris à l'époque, ce qui ne se reflète pas dans les expositions habituelles. La nouvelle exposition de la Tufa a le même effet de surprise. Même si l'on ne voit souvent que des bonnes intentions et la difficulté d'objectiver de manière "attrayante" des expériences intérieures subjectives, l'intention de l'exposition est intéressante et révélatrice.


Le vague et le schématique, la tentative de compenser la perte des symboles religieux chrétiens, devant lesquels il existait autrefois un large accord de compréhension, par le symbolisme des couleurs et des formes, par l'expression de sentiments individuels qui vont au-delà du visible et du matériel et qui évoquent la force d'une cohésion et d'un ordre supérieur, caractérisent également cette exposition. C'est ainsi que la force de l'"amour" est évoquée, la force d'une harmonie réalisable à partir d'un centre de gravité central - frappant par exemple chez Armin Schneider et Angelika Lauer, abstraits, figuratifs et plongés dans des couleurs lumineuses. Mais les explications jointes sont également caractéristiques de la difficulté à communiquer des informations privées par l'art pictural.


Beaucoup de symboles de lumière, de feu et de rythmes circulaires, beaucoup de bleus et de dorés, des caractéristiques du spirituel et du rayonnant - frappant chez Herbert Lauer, des tentatives de saisir "le spirituel" derrière les choses et les gens sans l'aide de modèles abstraits chez Harry Koch. Le directeur de la Tufa, qui surprend tout particulièrement en sa qualité d'autodidacte de la peinture, a également réalisé un collage d'objets de son travail quotidien sur un mur qui est ensuite "percé" de manière méditative - un travail qui suit les traces des signes de Beuys, à l'instar d'un petit "espace de recueillement" (Armin Schneider) qui rappelle les "mythologies privées" déployées lors de la cinquième documenta à Cassel. Sur le plan pictural, c'est surtout Peter Valentiner qui convainc avec ses structures de formes colorées abstraites qui relient ce qui est apparemment compliqué en un ordre à la fois harmonieux et beau (Jusqu'à la fin de l'année).


Hans Ludwig Schulte

Comentarios


bottom of page