top of page
Inventaire407_edited.jpg

Environs


1969-05-18 Environs la voix du peupl de tours
.pdf
Download PDF • 14.43MB

Comment aborder une exposition d’art « moderne » comme celle qui se tient en ce moment à la Bibliothèque Municipale.


Il faut d’abord reconnaître qu’elle ne surprendra que ceux qui ignorent tout de l’art moderne. Il y a 10 ans, à Lausanne, par exemple, une exposition internationale avait attiré l’attention sur les formes les plus étranges de l’art contemporain. On retrouve ici rassemblés des échantillons intéressants de ces formes multiples.


On pourrait, au gré de ses humeurs, mettre en valeur telle ou telle forme, telle ou telle expérience. On pourrait s’étonner des objets « étonnants de Van Holthe ou de Chenue, alors que le Musée d’Art Moderne les a déjà mis en conserve. Plus près de l’actualité, nous semble les peintres politiques de Ramon Lemerre ou Valentiner. L’intrusion politique ce fait par l’image « parlante » qui n’est pas sans rappeler les magnifiques affiches de la Révolution Soviétique, quand l’artiste veut coller directement avec l’évènement. Ici la « Carte postale » de Ramon est une dénonciation dans la pureté rationnelle des édifices grecs.


Mais il est peut-être plus intéressant d’aller prendre au sérieux les canulars, car s’ils nient toute matière d’art, ils sont, en fait très significatifs.


Le Bouil nous accroche une corde comme objet d’art, on nous colle un papillon sur la vitre en nous demandant de regarder les barques, les arbres et les eaux.


Bien sûr, c’est le canular mais il va loin, car il nous oblige à reprendre à sa racine le sens de l’œuvre, de l’œuvre d’art. N’est-ce pas ce que chacun de nous fait lorsqu’i ramasse une pierre ou une branche et la pose sur une table ou une cheminée, ou quand il regarde une ville, un paysage. La racine de l’activité artistique, c’est la production ‘un certain regard, d’un certain objet.

Mais c’est dire par là-même que l’art dans sa profondeur est accroché au cœur de chacun d’entre nous, que l’art est fondamentalement « populaire). Et que s’il y a un problème de l’art, de divorce, il faut interroger les formes sociales. Le problème de l’art est d’abord politique.


Enfin, dernière remarque. Il nous faut constater que l’art bourgeois né à la Renaissance s’achève avec la crise de la société bourgeoise. Il est une forme historique comme l’art grec, ou l’art nègre, ou l’art médiéval.


La voix du Peuple de Tours

Comentários


bottom of page