top of page
Inventaire407_edited.jpg

Peinture européenne contemporaine - Traces et signes


1984-08-25 Spuren und Zeichen
.pdf
Télécharger PDF • 1.82MB

A l'occasion du bimillénaire de la ville de Trèves, une importante exposition de peinture européenne contemporaine a été inaugurée, après les nombreuses expositions historiques et d'histoire de l'art.


Dans plusieurs salles d'une usine rénovée, 75 œuvres de 35 peintres européens sont présentées. Elles ont été réalisées entre 1960 et aujourd'hui environ, mais la plupart datent des trois ou quatre dernières années. L'exposition a été organisée par l'"Académie européenne des beaux-arts de Trèves" sous la direction du professeur Erich Kraemer.


Les points de vue directeurs de l'exposition ont été formulés comme suit dans le texte d'invitation : ''La forme et la couleur en tant que moyens de création de l'espace sur la surface ont trouvé leurs premiers témoignages dans le domaine allemand dans les mosaïques romaines et les peintures murales de Trèves La plasticité issue de la composition du tracé des lignes, de la division des surfaces et de la coloration était traditionnellement au service du motif et de la force suggestive dans la peinture européenne". L'intention de l'exposition est de rassembler des œuvres de la peinture contemporaine qui "redonnent vie à l'ancien principe dans le monde moderne". Ces formulations très larges ont donc pour but de jeter un pont entre les plus anciennes traditions picturales sur le sol allemand et la création artistique actuelle. Pour définir plus précisément de tels liens de tradition, il était toutefois nécessaire de préciser les termes. Il s'agissait avant tout de savoir ce qu'il fallait entendre par "motif" dans la phrase susmentionnée. Dans la peinture de l'Europe ancienne, le "motif" était toujours la thématique figurative, et même dans le non-figuratif, par exemple dans les paysages ou les natures mortes, la plupart du temps la représentation d'objets concrets et de contextes d'objets. L'exposition de Trèves présente également une série de tableaux figuratifs, allant jusqu'à des représentations extrêmement réifiantes, comme Erro par exemple. Quel est le lien entre de telles œuvres et les tableaux abstraits, non figuratifs, qui sont pourtant majoritaires ici ? S'opposent-elles simplement à elles ?


L'exposition montre comme principe commun la représentation de "l'élémentaire" sous ses différentes formes. Un arc se tend ici entre la peinture "abstraite" et la peinture représentant des objets, tout en satisfaisant également aux autres critères mentionnés, c'est-à-dire ceux développés à partir des propres fondements de la peinture.


Emil Schumacher est représenté par trois grands tableaux des années 1981/82, des panneaux sombres traversés de bandes noires et éclairés par des champs blancs. Le calme de la terre qui tourne sur elle-même semble prendre ici une forme concrète. Trois tableaux d'Antoni Tapie leur sont opposés, mettant ainsi en évidence l'étendue de la représentation de la matérialité terrestre, les tableaux de Tapie accentuant le moment d'une résistance muette et hermétique, à la fois le vieillissement et la charge du destin.


Un tableau de Pierre Alechinsky est consacré au caractère abyssal de l'eau. Les Belges Alechinsky et Corneille, ainsi que le Néerlandais Karel Appel, qui s'étaient autrefois réunis au sein du groupe "Cobra", sont représentés à l'exposition par de nouvelles œuvres qui témoignent du fait que leur travail artistique n'a rien perdu de sa force et de son intensité.


L'art anglais est représenté par une série de peintres très originaux. Anthony Wishaw (né en 1930) thématise dans son tableau "Interior triptych" de 1983/84 la dialectique entre "extérieur" et "intérieur", ouverture et fermeture. Les œuvres de Gary Wragg (né en 1946) sont déterminées par le rayonnement lumineux des couleurs et l'énergie linéaire, les paysages et les portraits de Frank Auerbach (né en 1931) font naître, par des coups de pinceau expressifs, des figures et des objets qui semblent ébranlés par une excitation élémentaire et surpuissante.


Cette exposition a le mérite de faire connaître au public allemand intéressé par l'art des œuvres importantes de peintres très respectés à l'étranger, mais peu connus en Allemagne. Simon Hantaï, qui a représenté la France à la Biennale de Venise en 1972, présente plusieurs de ses œuvres caractéristiques, qui forment des structures froissées au moyen de pliages de la toile et captent une lumière vacillante dans des carrés colorés. Jean Pierre Pincemin associe également une base formelle géométrique à un travail très subtil sur les couleurs, son intention artistique étant de se rapprocher de la réalité picturale des peintures vénitiennes de la Renaissance.


La peinture italienne (représentée par les œuvres de Piero Dorazio de 1958 à 1960, qui évoquent la lumière au moyen d'une chromatique de couleurs, et par les tableaux de Mimmo Paladino (né en 1948), des tableaux évoquant des démons, remplis de tensions chromatiques et formelles, donc par des œuvres de différentes générations et de modes d'expression très différents. Outre Tapies, Bonifazio et Jose Guerrero représentent la peinture espagnole, ce dernier avec des tableaux aux couleurs vives. Ces deux artistes étaient également presque inconnus en Allemagne jusqu'à présent.

Dans la peinture allemande, l'arc s'étend également de la construction stricte avec lumière et obscurité de la peinture de Frank Badur aux différentes possibilités de l'art expressif et ''objectif'' représentant des objets. La génération intermédiaire de la peinture expressive et "sauvage" est représentée par Markus Lüpertz avec des tableaux sombres qui révèlent des fragments de l'existence humaine à des puissances démoniaques. Mario Radina (né en 1956) répond aux jeunes générations avec des formations semi-abstraites, condensées à partir d'élans de couleurs gestuels, qui laissent échapper des têtes fantomatiques. Martin Assig (né en 1959), Mette Larsen (née en 1952) et Gabi Schilling (née en 1958) appartiennent à la même génération : à différents niveaux de figuration, ils introduisent des figurations expressives dans le tableau. Mais c'est Peter Klasen (né en 1935), qui travaille depuis longtemps à Paris, qui se trouve au pôle extrême de la solidification figurative. Dans ses tableaux, la magie de l'urgence prend forme dans des compositions d'une simplicité élémentaire.


Enfin, l'"Académie européenne" de Trèves s'intègre dans cette vue d'ensemble européenne avec deux de ses professeurs : Peter Valentiner, le Français, imprègne les couleurs d'intenses énergies linéaires et spatiales dans ses œuvres ; Erich Kraemer, originaire de Trèves et directeur artistique de l'"Académie européenne", associe un subtil dégradé de couleurs, principalement des accords de gris et de brun, à des structures en relief qui portent en elles l'opposition entre forme ouverte et forme fermée, finitude et illimitéité. Avec une telle participation, l'Académie de Trèves démontre de manière convaincante le rang de ses enseignants en comparaison européenne.


L'exposition témoigne de manière impressionnante de la vitalité et de la diversité de la peinture européenne contemporaine. Comme elle fait paraître sans substance les plaintes ternes sur le déclin, la perte de repères de l'art actuel, comme on l'a souvent entendu ces dernières années ! Mais elle n'évoque pas non plus un "New Spirit in Painting", pas plus qu'elle ne se contente de construire un "esprit du temps" ponctuel. L'idée de l'exposition, qui consiste à comprendre la peinture contemporaine en réunissant plusieurs générations dans la continuité de son développement artistique et, plus largement, dans le contexte de la peinture européenne à partir de ses origines romaines locales, devient une réalité et une expérience. L'exposition tient ainsi compte de la constatation de l'histoire de l'art selon laquelle il ne peut plus s'agir, en ce vingtième siècle avancé, d'inventer sans cesse de nouveaux styles éphémères, "postmodernes", "transaventuristes" ou déclarés de quelque manière que ce soit, mais de saisir la peinture moderne dans sa diversité significative et dans ses grands contextes.



PEINTURE EUROPÉENNE CONTEMPORAINE

Trèves, Tuchfabrik, Weberbach/Wechselstraße

Du 25 août au 18 novembre 1984, tous les jours de 10h00 à 20h00

Comments


bottom of page