top of page
Inventaire407_edited.jpg

Le regard à travers la fenêtre Des travaux irritants de Peter Valentiner à la galerie Meyer


1995-11-30 Der Blick durchs Fenster
.pdf
Télécharger PDF • 865KB

Des regards à travers les fenêtres, des aperçus, des perspectives, des voyages de découverte pour l'œil, passionnants, surprenants. C'est également à un voyage de découverte pour l'œil et l'imagination qu'invite Peter Valentiner, dont les travaux grand format sont désormais exposés à la galerie Marianne Meyer.


Peter Valentiner, Français d'origine danoise, qui vit et travaille depuis 1980 alternativement à Berlin, Cologne et Paris, emmène le spectateur non seulement dans des mondes d'images, mais aussi dans des espaces d'images : avec quelques formes de base, il crée une spatialité qui irrite d'abord le spectateur, mais qui l'invite ensuite de plus en plus à une vision exploratoire. Valentiner, un maître de l'effet simultané, superpose jusqu'à cinq couches de peinture ; des segments de chaque couche sont recouverts et masqués, puis une nouvelle couche de peinture est appliquée, de nouvelles unités picturales sont à nouveau recouvertes et peintes. Pour finir, toutes les surfaces sont à nouveau dégagées - Valentiner parle de "décollage" par opposition au "collage" - et des "petites fenêtres" apparaissent entre les différentes surfaces colorées, ce qui permet d'orienter le regard vers la profondeur de l'image ou de le faire remonter à la surface depuis la profondeur de l'espace.


Ce que Valentiner formule de manière relativement objective dans le titre du tableau par "Système de formes, bandes", révèle au spectateur un monde situé quelque part entre le jardin magique de Klingsor et le vaisseau spatial Enterprise, et qui permet toutes sortes d'associations. Ses compositions semblent faire éclater le bord de l'image, elles se déplacent dans l'espace de manière erratique, tournent autour de leur propre axe, s'écoulent vers le spectateur, l'attirent dans une attraction.


Regarder devient un acte sensuel, une expérience - tout à fait conforme aux intentions de l'artiste : Par la composition et l'interaction de couleurs simples, j'invite le spectateur à réfléchir à son rapport affectif à l'espace et à la couleur. La relation espace-lumière crée une œuvre dans laquelle s'exprime un monde, celui de l'équilibre, de la tension et de la profondeur, sans que l'on sache exactement ce qui provoque ce sentiment. De cette ambivalence, qui place le spectateur dans un état de confusion, naît une curiosité qui initie le processus de confrontation. " (La citation est tirée du catalogue mis à disposition à l'occasion de l'exposition).


Si vous êtes curieux de découvrir les espaces picturaux de Peter Valentiner, vous pouvez vous rendre à la galerie Marianne Meyer jusqu'au 15 décembre ; ouverte du mardi au vendredi de 16 à 18 heures et sur rendez-vous (téléphone : 4 39 25).



Claudia Savelsberg

Comments


bottom of page