top of page
Inventaire407_edited.jpg

Art abstrait : Peter Valentiner à la galerie "Alte Mühle"


1988-03-22 Abstrakte Kunst Peter Valentiner in Galerie Alte Muhle
.pdf
Télécharger PDF • 265KB

Schmallenberg. (RV) Une guitare est posée à côté du chevalet, une pointe de crayon se déplace sur la feuille de papier blanc : elle dessine un cercle pour l'ouverture sonore de la guitare et des traits et des points pour les cordes. La structure du tableau est ainsi terminée, le peintre met la guitare de côté et commence le travail proprement dit : sur sa palette, il mélange sans cesse de nouvelles couleurs et les insère dans la structure de manière plane, dans un ordre "rythmique". Tout ce qui est tangible et figuratif est éliminé, l'artiste n'a utilisé que l'essentiel de la guitare ; il l'a rendue abstraite, une œuvre d'art abstraite est née.


Voilà à quoi pourrait ressembler une esquisse de recette de cuisine pour la peinture abstraite. L'association artistique Schmallenberger Kunstverein (KV) présente actuellement dans la galerie Alte Mühle 18 œuvres créées sur cette base par l'artiste français Peter Valentiner. Il s'opposerait toutefois violemment au terme de "recette de cuisine" : L'art abstrait, comme l'art moderne en général, se détache plutôt des recettes et des liens qui limitent l'homme dans sa liberté et son individualité. Pour Valentiner, la peinture abstraite est un jeu avec la couleur et les formes graphiques, avec des effets optiques et spatiaux.


C'est ce que montre clairement, par exemple, un collage de trois mètres de long et d'autant de haut au dernier étage de la galerie : à première vue, il s'agit d'un enchevêtrement coloré de surfaces colorées et de coupures de journaux déchirées et agrandies. Ce n'est qu'en y regardant de plus près qu'un ordre strict apparaît : les surfaces de couleurs vives sont entrecoupées de couleurs sombres et pures, ce qui crée une image équilibrée en termes de couleurs tout en évitant la bigarrure grandiloquente. Toutes les couleurs de l'arc-en-ciel apparaissent dans la composition, qui rappelle un kaléidoscope : elles deviennent ainsi des symboles de lumière.


Il en va de même pour la forme : les formes angulaires et rondes sont équilibrées à chaque endroit. La manière dont il a fait naître des représentations spatiales dans cette composition plane à l'aide du fragment de journal est exemplaire. Valentiner "J'ai d'abord déplié les morceaux de journaux de manière à ce qu'ils projettent des ombres. Je les ai ensuite photographiés avec ces effets d'ombre et j'ai intégré les photos dans l'œuvre".


Lors du vernissage de l'exposition, Manfred Richter a qualifié l'artiste, né en 1941 à Copenhague, de "représentant confirmé de l'avant-garde européenne" : en 1971, il a été lauréat de la 7e Biennale de Paris, et son importance est soulignée par de nombreuses expositions, notamment à Düsseldorf, Cologne, Trèves, Sarrebruck. Genève. Madrid, Lisbonne et Paris.


Pourquoi est-il venu à Schmallenberg ? La deuxième présidente de l'association artistique de Schmallenberg, Gabriele Schulz, l'a invité. "En outre, cela m'attire de découvrir de nouveaux paysages. La salle d'exposition me plaît aussi. "L'exposition est ouverte les mardis, mercredis et jeudis de 14h30 à 16h30 et les dimanches de 10h à 12h.



Comments


bottom of page